École, Collège, Lycée, Internat
Sous contrat d'association avec l'État
Ecole Pascal (1)
Internat Ecole Pascal (1)
Archives (1)
ENT (1)
Accueil
École, Collège
& Lycée
Inscriptions
Internat
de garçons
Archives de
l'Établissement
Portail
Élèves & Parents
Enseignants
 
À la télévision: JT-TF1 (2012)
Les archives
Textes & Citations:
"Les mots"
de M. Combaz

Le "dernier" mot du doyen

Après quatre décennies de présence à « Pascal », je cesse ces jours-ci d’y exercer mes activités d’enseignement.

Je tiens à remercier vivement tous les élèves – anciens et actuels – qui, pour cette occasion, m’ont manifesté, de multiples façons, leur attachement et leur sympathie. Qu’ils sachent qu’aucun de ces témoignages ne me fut indifférent et même qu’ils ont su m’émouvoir par leur rafraîchissante spontanéité.

Je garderai ces images, ces paroles et ces gestes amicaux à jamais présents à ma mémoire et à mon cœur.

Je souhaite enfin à tous mes élèves le meilleur avenir scolaire, universitaire, professionnel et personnel auquel ils puissent prétendre et, pour l’immédiat, le succès mérité aux examens en cours.

Bonne suite à chacun d’entre vous et longue vie à notre École Pascal !

Message de rentrée

D'abord, très jeune enfant inscrit dans un "Jardin",
Ensuite en Maternelle, avant la "grande" École,
On franchit ces étapes, insouciant et frivole.
Puis, on quitte le Primaire pour le Collège, enfin !

Cela, jusqu'en Troisième. Alors, Brevet en main,
En entrant au Lycée, quelquefois l'on s'affole ;
Mais, il faut se reprendre et, trêve de faribole,
Poursuivre son chemin jusqu'au "cher" examen :

Ce Baccalauréat, toujours si convoité,
Que d'aucuns vilipendent - surtout s'ils l'ont raté -
Est le plus sûr viatique vers d'autres aventures...

Bien qu'au seuil d'une année, tout commence à nouveau,
Les palmarès moroses font des rentrées obscures :
Pour qui juin fut clément, septembre sera beau !

Excellente rentrée scolaire à tous.

Palmarès des classes primaires

Les abords de l'École sont emplis de parents
Très proches ou lointains, aïeuls venus en masse,
Dans le dessein de voir les enfants, dans leur classe,
Défiler, majestueux, au beau milieu des rangs.

Les voici donc, enfin, déguisés et contents ;
Et le plus timoré se transforme en paillasse,
Quand le papier "crépon" lui sert de carapace :
Ces bambins aujourd'hui, se sentent différents.

S'ils triomphent "sur scène" dans leur joli costume,
Exploitent leurs talents bien mieux que de coutume,
C'est leur institutrice qu'il faut féliciter !

Sont-ils trop dispersés ? La maîtresse les dompte,
Adoucissant l'effort pour les solliciter.
La tâche est difficile ... S'en rend-on toujours compte ?

Brevet des collèges: conseils à un candidat sceptique...

Il est épatant, ce bon vieux Brevet
Que, non sans dédain, hardiment tu railles ;
Au lieu de rêver à ses funérailles,
Emplis ton cerveau creux comme un navet !

Car, tu ne dois pas l’avoir « au rabais » ;
Tu ne l’obtiendras que si tu travailles
Et avec mention ? Oui… si tu batailles…
Mais, garde-toi bien de tout quolibet !

Prends au sérieux ton premier examen :
Ne sachant de quoi sera fait demain,
Achève en beauté tes années « Collège ».

Plus tard, évoquant ce temps révolu
Dont le souvenir est un privilège,
Tu proclameras, d’un ton résolu :

Brevet, nul n’échappe à ton sortilège !

*Sonnet dit « à l’italienne » dans lequel un 15ème vers, détaché des 14 autres, vient résumer l’ensemble.

Voici des voeux au passé simple pour un futur moins compliqué:

Bien chers élèves,

Nous subodorâmes qu’au reçu de votre bulletin trimestriel, vous déprimâtes légèrement… Nous nous aperçûmes , en outre, que vous tremblâtes quelque peu quand nous vous rendîmes les résultats que vous obtîntes.

Et pourtant, vous fîtes bien souvent ce que vous pûtes… ou presque ; vous cherchâtes aussi parmi vos connaissances et vous y guidâtes au mieux ; triant les souvenirs des cours que nous vous dispensâmes, vous épluchâtes ce que vous en retîntes et vous choisîtes, parfois fort à propos, la réponse adéquate au milieu des possibles, ce dont vous vous épatâtes vous-mêmes !

Voilà pourquoi, nous ne souhaiterions pas que vous vous récriassiez au sujet des notes que vous méritâtes, ni que vous vous esbaudissiez au-delà du raisonnable, ni enfin que vous vous reposassiez tant et plus sur vos fragiles lauriers.

Cela dit, très franchement et à moult égards, pendant ce long premier trimestre, VOUS NOUS ÉPOUSTOUFLÂTES !

Excellente année (scolaire) à chacun de vous.

Du nombrilisme exhibitionniste

Quand les chemisiers sont portés désespérément courts et les pantalons incroyablement bas, alors les sous-vêtements prennent le dessus et de vastes zones péri-ombilicales, plus ou moins enrobées, s' exhibent sans retenue…

De plus, sous l' effet amplifiant de la pesanteur, le grave déficit en étoffe ainsi créé, se trouve naturellement compensé par un trop-plein tire-bouchonné dans la région des pieds, de sorte que ces guêtres improvisées et, par ailleurs, en lambeaux se transforment volontiers en auxiliaires de voirie en vue du déblaiement des trottoirs.

Si ça continue, faudra que ça cesse !